Sandale Birkenstock Madrid BK1006173 pGF6MTAF

SKU532611
Sandale Birkenstock Madrid - BK1006173 pGF6MTAF
Sandale Birkenstock Madrid - BK1006173
Panier 0 Produit Produits (vide)

Aucun produit

Livraison gratuite ! Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès

Quantité
Total

Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.

Total produits TTC
Frais de port(HT) Livraison gratuite !
Total TTC
Continuer mes achats Commander
Category
ENGLISH / FRANçAIS
Actualités 11 juin 2018

La Fondation International Cocoa Initiative, qui publie aujourd’hui son rapport annuel 2017 , a soutenu 188 000 enfants grâce à des mesures de protection de l’enfance à mi-parcours de sa stratégie. Avec l’objectif initial d’atteindre 200 000 enfants d’ici à 2020, l’impact opérationnel du travail de ICI de 2015 à 2017 a donc été beaucoup plus important que prévu. Cependant, beaucoup plus d’enfants vulnérables et d’enfants travailleurs restent sans assistance dans les régions cacaoyères d’Afrique de l’Ouest. Une situation qui appelle d’urgence l’innovation, l’adaptation et le renforcement des capacités, afin d’étendre les bonnes pratiques adoptées par la Fondation ICI, ses membres et ses partenaires, à une plus grande échelle.

Fin 2017, le Système de suivi et de remédiation du travail des enfants (SSRTE) de ICI, mis en œuvre avec 6 entreprises partenaires, avait ciblé 127 coopératives et 90 826 ménages cacaoculteurs. L’approche a été évaluée en identifiant plus de 60% des cas de travail des enfants et en retirant plus de 50% de ces cas du travail des enfants. ICI cite «une dynamique sans précédent dans l’effort collectif de durabilité du secteur cacaoyer» comme moteur d’une expansion rapide de la diligence raisonnable de la chaîne d’approvisionnement.

En outre, jusqu’en 2017, la Fondation ICI a poursuivi son appui à 75 communautés productrices de cacao en Côte d’Ivoire et au Ghana, par le biais de son programme de base. 127 299 personnes ont bénéficié du développement communautaire, dont 63 886 enfants. La construction de nouvelles salles de classe, les cours de formation professionnelle et la création d’activités génératrices de revenus pour les femmes ont contribué à améliorer les perspectives d’avenir des enfants. Au total, 3 949 enfants ont été nouvellement inscrits à l’école entre 2016 et 2017, grâce aux actions de la Fondation ICI dans les communautés.

Une opportunité pour l’innovation et la mise à l’échelle

«Nous sommes fiers de nos réalisations, mais humbles devant la tâche à accomplir «, déclare Nick Weatherill, directeur exécutif de ICI. «Les progrès vers certains des objectifs fixés par la Stratégie de ICI et par CocoaAction sont significatifs, mais comme l’a souligné le récent Baromètre du cacao, nous n’aurons atteint que moins de 20 % des 2,1 millions d’enfants soumis à des formes inacceptables de travail des enfants d’ici 2020.

Login
Publié le
sur
Évaluer ce titre

Le Paris Saint-Germain, s'il ne respecte pas le deal avec l'UEFA, pourrait encore être sanctionner.

Vous aimez cette news ? Pourquoi ne pas jeter un oeil à la communauté pour rester au top de l'actu et en discuter avec les autres fans !
Suivre
Cliquer pour voir : PSG : le club pourrait se faire rattraper par le fair-play financier
Expert en Sport
Auteur de la news
(Vérifié par Tristan Mieger )
Auteur de la vidéo
Suggérer une correction pour cette news

Depuis que la haute autorité de l'UEFA concernant le fair-play financier qui a annoncé que le Paris Saint-Germain ne serait pas sanctionné d'une quelconque interdiction, l'ensemble des joueurs sont détendus, mais pour autant, tout n'est pas terminé. En effet, l e club de la capitale doit maintenant, trouvé près de 60 millions d'euros avant la fin du mois pour être dans les clous et cet argent passe par des ventes . Le quotidien L'Equipe , dans son édition du jour, fait un point et rappelle que le club parisien risque encore une sanction en cas de non respect.

e club de la capitale doit maintenant, trouvé près de 60 millions d'euros avant la fin du mois pour être dans les clous et cet argent passe par des ventes

Dans l'article du quotidien, on apprend ainsi que si le Paris Saint-Germain ne respectait pas l'objectif de ventes, il risque encore une sanction concernant la prochain Ligue des Champions :" Le club de la capitale, s’il n’atteint pas l’objectif de d’ici al fin du mois (30 juin), peut encore être puni par l'UEFA dans le cadre du fair-play financier. Et cette sanction, pourrait être pour la prochaine Ligue des Champions". L'Equipe poursuit son propos en expliquant qu'il était donc assez urgent pour le club de trouver l'argent : " On a demandé au de trouver entre 40 et 60 millions d'euros afin de boucler les résultats de la dernière saison écoulée et s'il n'y a pas respect de cela, le club sortirait de la déviation acceptable du Fair-Play financier ."

Ca chauffe

Crédit Mutuel-Arkéa : les dessous d’un conflit

L'essentiel de l'économie

Le vent d’indépendance qui souffle actuellement sur le Crédit Mutuel Arkéa a créé la confusion dans l’opinion publique. A tel point que les deux protagonistes ont tenu chacun à s’expliquer par vidéos interposées sur ce conflit. Hier, la Confédération Nationale du Crédit Mutuel a durci le ton à l’égard de sa filiale Arkea.

3,5 milliards d’euros. C’est le prix que réclamerait le Crédit Mutuel à sa filiale Arkea. En effet, en souhaitant prendre son « indépendance » à l’égard de la banque mutualiste, des conséquences juridiques et financières se posent de manière inédite. La Confédération nationale du Crédit Mutuel a donc évalué que la désaffiliation de la filiale lui couterait cette somme astronomique. Et pour cause, les bénéfices mis en réserve par Arkéa ont été générés par le système mutualiste de la Confédération.

Entre le Crédit Mutuel et sa filiale Arkéa, la guerre est déclarée depuis l’annonce brutale de Jean-Pierre Denis, président du Crédit Mutuel Arkéa, de vouloir détacher les fédérations de Bretagne et du Sud-Ouest de la confédération nationale pour en faire des banques régionales indépendantes. Mais cette soif d’autonomie, justifiée par l’affirmation non-vérifiée que la maison-mère voudrait « centraliser toutes les fédérations en un groupe unique à Paris » , n’est pas sans risques pour les sociétaires, clients et salariés d’Arkéa. Si la jeune filiale prétend dans une campagne de communication léchée qu’une telle séparation serait salutaire, le conflit passionné qui oppose aujourd’hui les deux entités bancaires prouve que les intérêts divergent sur le sujet.

Les valeurs mutualistes, sources du succès du Crédit Mutuel depuis plus d’un siècle…

En exprimant son souhait de sortir du réseau mutualiste national du Crédit Mutuel, Arkéa revendique sa volonté de prendre son indépendance par rapport au groupe historique, fondé à la fin du XIXe siècle. Depuis plus de 100 ans, la banque française s’organise en effet en 18 fédérations régionales, qui revendiquent d’agir au plus près des besoins des territoires, tout en bénéficiant de la solidarité nationale permise par le mutualisme. Née en 1958, la confédération nationale du Crédit Mutuel défend aujourd’hui encore ses valeurs de protection et de coopération envers ses sociétaires comme ses clients. D’autant qu’elle a renforcé son maillage national dans les années 90 et 2000 avec l’acquisition du groupe CIC et la création de 2100 caisses locales offrant des services partagés.Un fonctionnement qui, par nature, se révèle incompatible avec les velléités de Jean-Pierre Denis. BIGOOD Bébé Animal Chaussure Cartoon Premiers Pas en Coton Mignon 60eDK
fondateur du mutualisme, le patron d’Arkéa entend tourner le dos et celui de ses 10000 collaborateurs aux 82 000 salariés et 22 600 bénévoles de la banque préférée des français. Cette seule volonté d’autonomie en vaut-elle seulement la peine?

Copyright 2014 VONews. Tous droits réservés.